…du meuble spirale au meuble infini… une oeuvre de Marie-Ange Guilleminot exposée lors des Designer’s Days le 7, 8 et 9 juin 2013 au Centre National de la Danse à Pantin, 1, rue Victor Hugo 93500 Pantin, vendredi-samedi : 10h-19h dimanche : 11h-18h

http://www.designersdays.com/partenaires/marie-ange-guilleminot

Marie-Ange Guilleminot, …du meuble spirale au meuble infini…, bambou, aimants, cuir, 2012, collection privée. Sculpture-meuble à l’échelle du corps, réalisé par Till Breitfuss, 2012. Vue de la pièce ouverte, exposée dans le séjour de la villa Savoye, Poissy / Œuvre de Le Corbusier © FLC-ADAG. Photo : Sophie Brossais, commissaire de l’exposition.

Sculpture en forme d’alvéole transformable

J’ai imaginé l’œuvre présentée avant tout comme une sculpture modulable à l’infini. D’où son titre: …du meuble spirale au meuble infini… Chaque pièce est conçue sur mesure en fonction d’une personne et d’un lieu. À partir de là naissent tous les usages possibles. Le dialogue avec l’artisan me permet de réinventer à chaque fois l’objet dans sa dimension unique, propre à une technique liée au matériau et à ses limites. L’œuvre ici présentée est réalisée dans deux tailles: à l’échelle du corps et à celle des mains. Cette première proposition de bibliothèque mobile, aménagée pour recevoir des livres, est née en 2012 lors de mon exposition à la Villa Savoye (Le Corbusier, 1929).

…du meuble spirale au meuble infini…

Créée par Marie-Ange Guilleminot en 2012, issue d’une réflexion à partir des formes de la nature, cette œuvre fait écho à d’autres sculptures de l’artiste: Le Paravent, 1997 ou L’Oursin,1997.

Pour la Villa Savoye (le manifeste architectural en 5 points de Le Corbusier à Poissy en 1929) l’artiste a proposé en juin 2012 d’installer cette sculpture-meuble en bibliothèque de 0,86 m de haut, sur la base du Modulor, permettant aussi bien l’exposition qu’une consultation d’ouvrages sur le plan alvéolaire de l’objet-fermé, d’un diamètre de 2,60 m. C’est par le déploiement de la spirale des 14 éléments que se révèlent l’ouverture et l’accès aux richesses cachées, conservées au cœur de la bibliothèque: les livres…

Les rayons, ici non pas le miel de la ruche pourtant ici représentée par la forme en hexagone, mais la substance intériorisée par ces ouvrages où s’organisent différents aspects de la connaissance, du commerce ou de l’expérience humaine (culture ou pollen?) soigneusement pensés ces rayonnages voient les livres s’appuyer sur les contours intérieurs libres et modulés par la transformation de l’usage même de tel outil d’écriture: les crayons.Ils sont en bois naturel et leur tête vient se ficher dans une partition tout particulièrement orchestrée (étagères ou bandes micro-perforées?) pour élaborer un programme de tenue des livres dans la bibliothèque de toutes les formes possibles: les écritures…

Ces 14 éléments constituent le meuble en bois (ici du bambou aux reflets blonds épousant le rose) et sont reliés par des attaches en cuir assorti en forme de papillons amovibles (queue d’aronde aimantée ou clin d’œil au nœud papillon de la tenue vestimentaire de Le Corbusier?) En tout cas: par une simple manipulation des attaches aimantées on peut dissocier les parties de ce meuble pour inventer à chaque fois une nouvelle partition. Ces éléments mobiles, montés sur micro-sphères comme certaines machines-outils hautes performances, permettent ainsi de multiples combinaisons (par paires ou duos, trios, quatuors… à nouveau toute l’orchestration) jusqu’à reformer, dans sa totalité, la figure entièrement mouvante et émouvante …du meuble spirale au meuble infini… Michel-Ange Seretti, 2012

Deux sculptures de même forme réalisées dans deux tailles.

Marie-Ange Guilleminot …du meuble spirale au meuble infini… Objet-étalon à l’échelle de la main, 2013 sculpture réalisée par Claude Pelletier, Orfèvre. Photo : Claude Pelletier

L’objet en laiton, de petite taille, est conçu pour être manipulé facilement. Il est composé de 14 modules autonomes pouvant être reliés entre eux par des aimants. L’idée à cette échelle est de pouvoir réfléchir avec l’objet entre les mains à toutes sortes de combinaisons transposables à la SCULPTURE-MEUBLE à l’échelle du corps. Il naît de ces assemblages une infinité de formes.

OBJET-ÉTALON à l’échelle de la main:- pièce de 87,75 mm de haut- objet fermé: hexagonal, côtés de 87,75 mm pour un diamètre de 175,5 mm,- objet ouvert : déployé en ligne droite, longueur de 1 mètre 03- 14 éléments en laiton, brasures à l’argent- deux jeux d’attaches amovibles (26 aimants gainés de soie)- poids total: 1738 grammes

Marie-Ange Guilleminot, …du meuble spirale au meuble infini…, bambou, aimants, cuir, 2012, collection privée. Sculpture-meuble à l’échelle du corps, réalisé par Till Breitfuss, 2012. Vue de la pièce ouverte, exposée dans le séjour de la villa Savoye, Poissy / Œuvre de Le Corbusier © FLC-ADAGP. Photo : Sophie Brossais, commissaire de l’exposition.

SCULPTURE-MEUBLE à l’échelle du corps:

- bibliothèque de 0,86 m de haut (pour deux profondeurs de 0,30 et 0,40 suivant éléments)

- meuble fermé : hexagonal, côtés de 1,30 m pour un diamètre de 2,60 m

- meuble ouvert : en ligne droite, longueur d’environ 15,20 m

- 14 éléments en bois de bambou naturel (panneaux démontables assemblés sur platines métalliques) comprenant 26 étagères, hauteur réglable

- 100 crayons de couleurs en bois naturel (utilisés en guise de butoir, logés dans les étagères, pour appuyer les livres)

- deux jeux d’attaches amovibles (52 simples et 26 doubles) en cuir naturel monté sur métal (en forme de papillons et trapèzes) pour relier ou dissocier les éléments

- 4 micro-sphères porteuses (billes d’acier) pour la mobilité de chaque élément (hauteur totale au-dessus du sol: 13mm)

- 6 tabourets triangulaires sont logés dans le seul élément triangulaire (nº3)

- poids total: environ 450 kg

L’objet en bois a été conçu pour recevoir des livres. Fermé, il offre une belle surface hexagonale de présentation libre, tout en abritant son trésor caché. Il peut aussi se déployer dans un espace, comme un serpent. Une personne seule peut le mouvoir et jouer avec sa forme. Les modules, tenus ensemble par des attaches en cuir aimantées, sont facilement détachables à l’aide d’un outil spécialement étudié. Les modules peuvent être combinés de toutes sortes de manières. Pour moi la proposition reste ouverte, c’est à dire que le même objet plus haut (180cm) pourrait devenir par exemple une garde robe…


« Older entries § Newer entries »